Intérêt de la kinésiologie pour les poulinières

Je suis passionnée d’élevage, ça a été mon premier métier. 

Quels éleveurs et vétérinaires ne ce sont pas demandés pourquoi une jument ne « prenait » pas alors que tous les éléments étaient réunis pour que ça fonctionne. La jument est en bonne santé, en bon état physique, elle est dite « propre », … L’étalon est reconnu fertile. Et pourtant… Comment expliquer cela ? Il n’y a pas une seule explication possible car les chevaux ne vivent pas tous les événements de la même façon et ne réagissent pas de manière identique aux èvenements. La plupart du temps les causes sont psycho émotionnelle. 

En tant que kinésiologue il m’est possible d’intervenir pour déterminer les causes « d’infertilité » de votre jument et vous aider à y remédier. 

La cause peut être émotionnelle, lié à un stress dû aux étapes de la conception ; le passage à la barre, l’échographie, le transport, l’isolement du troupeau (même pour quelques heures). On comprendra parfois que c’est lié à l’environnement (l’entourage humain, les autres animaux, les bâtiments…).L’arrêt de l’activité physique parfois soudaine ou au contraire la poursuite d’un entrainement intensif et des compétitions qui génèrent du stress. A un déséquilibre physique/mentale qui entrave la mise en route d’une gestation. Ou simplement le changement d’environnement, l’arrivée dans un nouveau haras, une nouvelle écurie. Un évènement vécu ou ressentis, un poulinage précédent compliqué, une insémination ou une saillie un peu difficile…Des blocages énergétiques et/ou physique notamment au niveau du bassin, des ligaments larges, de l’utérus car s’il n’est pas mobile il sera plus difficile à un embryon de s’y installer (à ce niveau la visite d’un ostéopathe peut être nécessaire). Il peut également s’agir de peurs inconscientes, de mémoire de l’organisme, notamment d’interruption de gestation, accidentelle ou volontaire, de blocages, d’accidents traumatisants. Les causes d’infertilité peuvent être liées à l’intervention humaine, notamment l’utilisation fréquente d’hormones de synthèse, comme le chorulon, pour interrompre les chaleurs en période de compétions ou pour limiter le nombre de sauts par chaleur. Ou la présence de « billes » dans l’utérus pour stopper les chaleurs. Il peut même s’agir de quelque chose de plus ancien. Même des évènements qui n’ont rien à voir avec la reproduction.Lors de la séance je pourrais libérer les charges émotionnelles négatives, relancer l’énergie, ré-informer le corps et ainsi optimiser l’utilisation des chaleurs à venir. 

Il ne faut pas perdre de vue que comme nous les chevaux ont besoins de se sentir bien et d’accepter la situation. Comprendre vous permettra de remédier à la situation et d’augmenter vos chances de réussite. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.